Film : La vitesse de la pensée

Publié le par nunoluciano

the-speed-of-thought2011.jpg

Titre Original : The Speed of Thought
Origine du film : Américain
Réalisateur : Evan Oppenheimer
Acteurs : Nick Stahl, Mía Maestro, Taryn Manning, Wallace Shawn, Blair Brown, Erik Palladino
Genre : Thriller
Durée : 1 h 34 min
Date de sortie : 27 Avril 2011

Pour certains critiques américains, toujours sous l'effet d'"Inception", c'est encore un autre film indépendant trop ambitieux avec un casting de série B, des lieux obscurs et malgré l'effort visuel, des effets d'une production des années 80. "La vitesse de la pensée" est au mieux, la construction d'un thriller psychologique sans un budget adéquat.

John Lazarus (Nick Stahl) est un télépathe employé par le gouvernement (dirigé par Blair Brown) pour infiltrer les esprits des ennemis, sonder chacune de leurs pensées et voler leurs secrets. Il est dit par l’organisation que la télépathie est un effet secondaire de la maladie de Widmann, et malgré les pilules livrées par Sandy (Wallace Shawn), l'existence des surdoués est limité à moins de 30 ans. Alors que John est prêt à faire face à une mort certaine, il croise Anna (Mia Maestro), une femme avec des pouvoirs similaires qui n’a pas de signe de la maladie. Les deux partagent leur vie grâce à leur esprit. La révélation d'Anna change radicalement la vision du monde de John qui cherche désormais à échapper à ses protecteur avec l'aide de son associé Kira (Taryn Manning).

Si le scénariste et réalisateur Evan Oppenheimer a manqué de budget et outils pour executer ses plans dans "La vitesse de la pensée", et si le film fini ne porte aucune importance significative dramatique ou visuelle, il nous donne l'occasion de saluer la créativité initiale d'Oppenheimer en plaçant deux amants improbables dans le scénario étrange d'une invasion mentale, guerre silencieuse avec l'esprit pour champ de bataille ou le théâtre d'un combat.

A propos
La vitesse de la pensée a été mesurée
Lundi, 25/05/1998

Comprendre la signification d'un objet sur une image prend de 500 à 750 millisecondes, ont découvert des chercheurs de l'Université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland) en plaçant des électrodes sur le cerveau d'un patient. Les neurologues, sous la direction du Pr John Hart, ont réussi à déterminer qu'il fallait de 250 à 300 millisecondes, ou un quart de seconde, pour commencer à comprendre ce qu'est l'objet représenté. De 250 à 450 millisecondes supplémentaires sont nécessaires pour que la personne définisse complètement quel est l'objet. "Les résultats obtenus sont une preuve supplémentaire que l'information s'accumule graduellement dans le cerveau, et non pas d'un seul coup, ou pas du tout", écrit le Pr Hart, dans les Proceedings de la National Academy of Sciences. Selon lui, comprendre les différentes étapes de cette accumulation de savoir et leurs liens pourrait aider les scientifiques à mieux analyser les pertes de compréhension et de la parole chez les patients victimes d'une congestion cérébrale ou atteints de la maladie d'Alzheimer.

Publié dans Cinema

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article